Intégrer de l’immobilier dans son assurance-vie

Intégrer de l’immobilier dans son assurance-vie

L’assurance-vie est à la peine, avec une baisse progressive des rendements ces dernières années. Pourtant, il existe des fonds qui dynamisent les intérêts de ce type de placement.

L’assurance-vie le support qui garantit souplesse et facilité de gestion

La première caractéristique de l’assurance-vie se remarque par sa grande souplesse de gestion. Aucun dépôt minimum et aucune obligation de versements réguliers ne formalisent cette forme d’épargne. À cela s’ajoute des avantages fiscaux sur la succession, attire tout particulièrement les épargnants de moins de soixante-dix-ans. En effet, au-delà de cet âge le fisc relève les taux de prélèvements sur les dépôts ce qui incite les détenteurs d’assurances-vie à capitaliser avant les soixante et onze années pour laisser l’assurance croître au fil des années.

En outre, l’assurance-vie garantit, d’une certaine mesure, le capital de départ car des offres de placement des banques s’enrichissent de positions monétaires nettement moins risquées que les actions cotées en bourse. C’est pourquoi l’assurance-vie s’adapte autant pour les épargnants qui désirent assurer leurs avoirs que des investisseurs qui veulent associer le dynamisme de certains produits d’assurance-vie et des avantages qu’elle lui offre pour leurs successions. Enfin l’assurance-vie ne se limite pas uniquement à la possibilité de faire croître son patrimoine, il est aussi un outil efficace pour garantir un investissement tel que l’immobilier.

SCPI et assurance-vie pourquoi l’intégrer dans son portefeuille.


La SCPI consiste à acheter une part immobilière dans son portefeuille d’investissement. Il peut tout à fait s’intégrer dans un produit d’assurance-vie, un Plan Épargne Actions ou un Compte Actions. L’assurance-vie se considère telle un support d’investissement qui répond à des critères qui lui son propre comme la transmission du capital à une tierce personne ou encore l’attribution d’avantages fiscaux. À ce titre, la SCPI semble assez attractive sur le plan fiscal avec un taux de prélèvement de 58,2% si le contribuable est soumis au taux marginal de 41%. Au sein d’une assurance-vie la taxation évolue aussi, puisqu’au lieu de subir la fiscalité d’une succession immobilière, le patrimoine s’intègre au contrat d’assurance qui demeure plus avantageux.

Financer son assurance-vie avec un emprunt immobilier : c’est possible

Du point de vu légal, la détention d’une SCPI s’assimile à un bien immobilier en tant que tel. En conséquence, le propriétaire peut bénéficier des avantages fiscaux des programmes immobiliers, mais aussi des rendements plus élevés (en moyenne 3 à 6%/an). A partir de 70 000€, une banque peut accorder un crédit immobilier dans les mêmes conditions que l’achat d’une propriété (au même taux que l’immobilier) pour l’acquisition d’un investissement dans la pierre sous une SCPI. Cette disposition peut s’avérer particulièrement intéressante si l’emprunteur compte sur le dynamisme des rendements issues des SCPI pour rembourser les charges d’intérêt et le remboursement du crédit. Une fois le crédit remboursé, l’assurance pourra servir de garantie pour un autre investissement d’une somme équivalente à la suite d’un nantissement auprès de l’organisme préteur pour éviter le paiement d’une assurance emprunteur. Un regroupement de crédit peut s’intégrer à son logement principal et à la souscription de SCPI. Pour ce faire une simulation permet de visualiser les conséquences d’une telle opération pour évaluer si cette action financière s’accorde avec les objectifs fixés par le ménage.