Fraudes sur les moyens de paiement : Quelles solutions ?

Fraudes sur les moyens de paiement : Quelles solutions ?

Avec l’évolution du numérique et des transactions dématérialisées, nous assistons à un accroissement des fraudes sur internet et sur les moyens de paiement plus généralement. Mais comment se protéger face à ce phénomène qui ne semble pas s’essouffler ?

Les fraudes se multiplient

L’observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales (ONDRP) a publié des chiffres alarmants. En 2016, 1,2 million de ménages furent touchés par les fraudes bancaires. Le constat est d’autant plus effrayant que la progression en l’espace de moins de 10 ans est de l’ordre de 140%, par rapport à 2010. Les fraudes s’effectuent de différentes façons mais la plus répandue s’avère être, sans surprise, les escroqueries sur internet. 58% des victimes ont vu leur carte bancaire se faire pirater par un achat sur un site e-commerce. La progression du marché en ligne étant de plus en plus important chaque année, il n’est pas étonnant que les escrocs privilégient ce canal pour exécuter leurs méfaits.
Les autres sources d’opérations frauduleuses se passent généralement dans les commerces physiques (10%) tandis que les piratages via les distributeurs automatiques de billets représentent tout de même 7%. En plus des démarches administratives assez lourdes pour monter un dossier de fraude avec sa banque, les victimes peuvent se retrouver plumer de plusieurs centaines d’euros. 64% des ménages ont été victime d’opérations frauduleuses d’un montant inférieur ou égal à 300€.

Une indemnisation obligatoire des débits frauduleux

Il faut savoir que les établissements bancaires ont l’obligation d’assurer leurs clients victimes d’opérations frauduleuses et indemnisent des millions d’euros chaque année. Après en avoir fait le constat, le client doit se rendre à sa banque pour faire une déclaration de fraude, dans un délai maximum de 13 mois. L’opération devra être renseignée dans un dossier de fraude. Une investigation sera ensuite menée pour tenter d’avérer l’escroquerie. L’opposition sur les moyens de paiement est à privilégier selon la situation. Le remboursement du préjudice s’effectue généralement dans un délai estimé entre une semaine à 1 mois et demi. Une durée évaluée suivant la complexité du dossier à traiter.
Dans le cas du paiement sans contact, fonctionnalité pratique mais qui provoque la méfiance chez certains, les banques peuvent fournir à leurs clients des étuis en mesure de protéger la carte. Cette protection va envelopper la carte et bloquer les ondes. Les étuis peuvent aussi être achetés dans les commerces pour des sommes relativement modiques.

L’assurance sur les moyens de paiement : un complément

Les banques proposent des offres qui visent à compléter l’unique assurance contre les opérations frauduleuses, qui est inclus obligatoirement pour tous les comptes bancaires. En payant une cotisation supplémentaire (compris généralement entre 20 et 30€ en moyenne), ces assurances permettent de couvrir les vols ou les agressions. Les réparations des préjudices se feront au niveau du vol des moyens de paiement, des documents, possiblement des appareils électroniques mais aussi des clés de maison et des frais qui en découlent (oppositions, prise en charge de la fabrication des clés et des documents officiels). Il est plutôt conseillé aux personnes âgées d’opter pour ce type d’assurance. Celle-ci va couvrir les frais de franchise (50€) en cas d’opération frauduleuse avec l’utilisation du code de la carte bancaire.
Lors de la souscription, la banque doit remettre au client un document contenant l’ensemble des conditions et des garanties prises en charge par l’assurance. Celles-ci peuvent être légèrement différentes suivant les offres des établissements bancaires, mais les grandes lignes demeurent plus ou moins identiques.

Quelques règles simples à appliquer sur internet

De plus, les particuliers ne prennent pas suffisamment de précautions lors sur internet. La sécurisation de la navigation et des comptes sont pourtant fondamentaux. Il est en effet conseillé de favoriser des mots de passe complexes qui ne reprennent pas des dates de naissance et des noms. La vigilance doit être de mise lors de la manipulation d’une boîte mail car il n’est pas rare de recevoir des spams pouvant aspirer nos données confidentielles.
En outre, les sites internet proposent aussi des solutions intéressantes pour verrouiller son compte, avec notamment la connexion à 2 étapes. Cela permet de valider son identité par la réception d’un SMS contenant à code à rentrer lors de la connexion. Pour finir, il existe des applications mobiles et web qui génèrent et enregistrent automatiquement des mots de passe très complexes.